Piping HotSocial Media
Trending

Les détails cachés derrière le décès de la célèbre chanteuse Osinachi

La sœur ainée de Osinachi, Favour a confirmé la cause officielle de sa mort. Effectivement la victime est décédée suite à une scène de ménage ou elle aurait reçu des coups. Quel décès tragique pour cette femme qui espérait et croyait que son époux allait changer un jour.

Elle a exposé tous les traitements inhumains que sa sœur recevait dans son ménage avant son décès lors d’un interview.

Q : Nous avons entendu dire que c’est le cancer qui a tué Osinachi.

R : elle n’est pas morte d’un cancer. Son mari M. Peter Nwachukwu, l’a frappé à la poitrine avec sa jambe. Pendant tout ce temps où ils ont été mariés il l’a battu mais ma sœur nous cachait tout ce qu’elle vivait.

Avant tout ceci, nous lui avons conseillé de sortir de ce mariage ? nous lui avons dit que ce n’était pas un divorce mais une séparation. Mais elle pensait que Dieu était contre le divorce.

Nous lui avons dit que la séparation n’était pas un péché et quelle devait rester en vie pour les enfants. Mais Elle nous demandait à chaque fois, de nous détendre que l’homme devait changer.

Lorsque ce dernier lui a donné un coup de pied à la poitrine, il l’a emmené à l’hôpital à notre issu.

Cet son ami qui vit à l’état d’Ebonyl qui a appelé sa sœur jumelle, car Osinachi a une sœur jumelle, pour lui demander si elle était au courant de l’état de Osinachi mais cette dernière lui a répondu que non.

Lisez aussi : Mort de Osinachi Nwachukwu : Doit-on supporter les violences conjugales au nom de la religion ?

Elle révèle par la suite que son frère a questionné le médecin qui a dit que c’est un amas de sang dans la poitrine qui avait causé le décès de la chanteuse. Bien évidemment, le médecin était loin de se douter de ce qui avait causé cet amas de sang. Elle ajoute que les enfants sont avec leur père qui n’a pas été arrêté comme on le dit dans les médias. Nous apprenons ainsi que cet homme contrôlait les chaines YouTube de son épouse, son compte en banque, ses déplacements et le moindre de ses mouvements. Elle était prisonnière de ce ménage car depuis qu’elle l’avait épousé, elle n’était revenue dans son village que pour le deuil de son père en 2017. D’ailleurs même à l’hôpital, son mari décidait de qui devait rester à son chevet et elle restait calme et douce face à tout ceci. Elle ajoute que M. Peter face à la tragédie de la famille n’a exprimé aucune empathie mais au contraire s’est vanté.

Que devient le bourreau de la défunte ?

Après cet interview, les forces de l’ordre ont rendu une visite à M. Peter qui a nié tout implication dans le décès de son épouse. Il a nié les allégations de coups, blessures et autres violences domestiques dont l’entourage de la victime le rendait responsable. Peter a déclaré aux autorités que son épouse était malade depuis l’année dernière et qu’il avait déménagé d’un hôpital à un autre pour qu’elle puisse retrouver la santé.Une source a cependant déclaré que ce dernier n’avait pas pu fournir la moindre preuve pour corroborer les faits qu’il relatait ; aucun papier ne pouvait attester que la défunte souffrait d’une maladie quelconque et confirmer qu’elle avait fait le tour de plusieurs hôpitaux. A la suite de ses allégations le pasteur Peter a été emmené de chez lui, menotter dans le fourgon de la police du district de Lugbe. Et l’affaire a été transféré aux enquêtes criminelles et aux renseignements de l’état. Quant au domicile du pasteur, il a été perquisitionné dans le cadre d’une enquête. Avec la tournure que prend cette affaire, nous espérons que justice sera faite pour la défunte et que ceci servira de leçon à ces hommes violents qui courent les rues.

Related Articles

Back to top button
 - 
Arabic
 - 
ar
English
 - 
en
French
 - 
fr
German
 - 
de
Hindi
 - 
hi
Portuguese
 - 
pt
Russian
 - 
ru
Spanish
 - 
es