Economie, Finance et AssurancesPiping Hot
Trending

Après la RCA, le Cameroun et le Congo veulent adopter des solutions basées sur la cryptomonnaie et la Blockchain

The Open Network (TON) est la blockchain qu’ils ont choisie à cet effet.

L’adoption en République centrafricaine du Bitcoin comme monnaie légale et d’une loi régissant la cryptomonnaie n’a pas encore fini d’alimenter les débats que deux autres pays de la Cemac ont déjà marqué leur préférence pour la finance décentralisée. Le Cameroun, la République du Congo et la République démocratique du Congo (RDC) ont récemment annoncé leur intention d’adopter des solutions basées sur la crypto-monnaie et la blockchain pour stimuler leur progrès économique futur. The Open Network (TON) est la blockchain qu’ils ont choisie à cet effet. La RDC a également confirmé qu’elle envisageait une nouvelle crypto-monnaie nationale construite sur la blockchain TON.

TON s’est engagée auprès des trois pays de manière indépendante depuis un certain temps et a pris l’initiative de fournir des solutions basées sur la crypto-monnaie et la blockchain pour chaque nation. Ces pays procéderont chacun à une transition progressive vers l’adoption des crypto-monnaies comme pilier central de leurs structures économiques.

Lisez aussi : Sonara, Camair-Co, Camtel… : voici les entreprises publiques camerounaises les plus endettés en 2022

L’utilisation future des crypto-monnaies permettra aux personnes titulaires ou non d’un compte bancaire de mieux participer à l’économie. Cette évolution constituera à son tour une puissante mesure de relance économique. En RDC, par exemple, en 2019, 12,4 millions de personnes disposaient d’un compte auprès d’une institution financière, tandis que plus de 40 millions ont accès à un téléphone mobile ou à d’autres appareils compatibles avec Internet, ce qui démontre le potentiel important que recèle la crypto-monnaie.

 S’exprimant sur la question, Minette Libom Li Likeng, la ministre camerounaise des Postes et Télécommunications a estimé que « le partenariat avec TON peut jouer un rôle fondamental dans l’écosystème numérique nationale pour dynamiser les solutions de paiement et l’inclusion financière via CAMPOST, l’opérateur postal public ».

Pour Léon Juste Ibombo, le ministre congolais des Postes, des Télécommunications et de l’Économie numérique, « la République du Congo est sur cette voie depuis plusieurs années, ayant encouragé et assisté à l’adoption généralisée du paiement mobile à travers le pays. Il s’agit de la prochaine étape de ce voyage et nous pensons que TON est le bon partenaire pour faciliter cela ».

Désiré Cashmir Eberande Kolongele (photo), le ministre de l’Économie numérique de la République démocratique du Congo, quant à lui, a exprimé la fierté de son pays qui franchit une « étape pionnière en adoptant de nouveaux instruments économiques pour propulser notre future économie ».

L’intérêt des gouvernements camerounais, de la République du Congo et de la RDC pour la crypto-monnaie fait suite à l’attrait croissant que ces actifs financiers numériques suscitent, depuis environ 3 ans, auprès de la communauté tech et financière de chaque pays. Un attrait qui a amené la Commission de surveillance du marché financier d’Afrique centrale(Cosumaf) à s’engager depuis l’année dernière dans l’élaboration d’une réglementation sur ces devises numériques.  

Lisez aussi : SNH, Eneo, Orange… : le classement des 10 meilleures entreprises au Cameroun

TON est une blockchain de troisième génération conçue à l’origine en 2018 par les frères Durov, les fondateurs de Telegram Messenger. Conçue pour traiter des millions de transactions en quelques secondes, la plateforme décentralisée veut développer des intégrations uniques avec l’application Telegram pour offrir à ses utilisateurs une expérience de blockchain transparente dans un format portable et familier.

En décembre dernier, Anouar Hassoune, directeur général et actionnaire de la West African Rating Agency (WARA), une agence de notation basée à Dakar et majoritairement contrôlée par le sud-africain Global Credit Ratings, suggérait l’adoption de la blockchain et de la crypto-monnaie par l’Afrique comme alternative pour pallier la difficulté de mobiliser des ressources et financer son développement et son économie. 

Related Articles

Back to top button
 - 
Arabic
 - 
ar
English
 - 
en
French
 - 
fr
German
 - 
de
Hindi
 - 
hi
Portuguese
 - 
pt
Russian
 - 
ru
Spanish
 - 
es