Piping HotSocial Media
Trending

Un militaire se fait lyncher par la population à Melong après avoir poignardé un homme

Ce drame est survenu suite à un quiproquo. Le militaire ENOKI Joel, élément du bataillon d’intervention rapide, fraichement sorti du centre militaire se fait décapiter par la population.

N’zui Manto affirme que : « le jeune soldat du BIR à l’arrière d’une moto se trouvait au village Etabang en direction de Douala lorsqu’une dispute éclata entre lui et un automobiliste à qui il demandait de céder le passage afin qu’il puisse arriver à destination rapidement. La vive altercation obligera l’homme en tenue à faire usage d’un poignard. Il blessera ainsi son adversaire avant de s’en fuir. Rattrapé par la population en colère, ce dernier sera tout simplement ligoté et décapité sans aucune forme de procès. »

La même source indique que : « ayant dans un premier temps échappé à la colère des populations, il serait revenu à la charge quelques instants après en s’en prenant au frère du chauffeur ensanglanté qui cherchait en vain un moyen de locomotion devant transporter le blessé à l’hôpital. C’est à ce moment que la foule aux abois se jettera sur lui, lui attachera les mains et les pieds avant de le lyncher à mort. Sa fin a été horrible et aucune certitude pour le moment sur l’état du chauffeur qui a été poignardé. Suite à ce drame, s’en serait suivi de graves incidents entre les villageois dont était originaire le militaire et les populations dites allogènes vivant dans la localité. Vivement qu’une enquête objective éclaire ce drame et que les leçons soient tirées »

Lire aussi : SNH, Eneo, Orange… : le classement des 10 meilleures entreprises au Cameroun

Il s’agit là de la justice populaire. Depuis quelque temps, ce fléau est devenu courant au Cameroun ; nous nous rappelons encore du gendarme qui a été lapidé il y’a moins d’un an par la population locale. Ce sort est souvent réservé aux bandits ou malfaiteurs mais depuis quelques temps les corps de la justice n’échappent pas à ce traitement effroyable entre les bastonnades, décapitations, lapidations et ceux qu’ont brulent en vie, la population semble très inspirer dans le choix des punitions qu’elle attribue aux uns et aux autres. Il semblerait que la population ait décider de se défendre seule face aux abus ou égarements de comportement des autorités. Tout ceci crée un environnement hostile et donc un frein pour la société.

Related Articles

Back to top button
 - 
Arabic
 - 
ar
English
 - 
en
French
 - 
fr
German
 - 
de
Hindi
 - 
hi
Portuguese
 - 
pt
Russian
 - 
ru
Spanish
 - 
es