Piping HotSocial Media
Trending

Pr Claude Abe déclare : « ceux qui s’autoproclame influenceurs ou influenceuses ne sont en réalité que des personnages loufoques en quête de visibilité »

Etant sociologue et enseignant à l’université catholique d’Afrique centrale, il affirme que l’affaire du porta potty, c’est le culte de la facilité.

Il poursuit en disant que l’affaire du porta potty suscite plusieurs lectures. Il affirme que : « c’est le culte de la facilité, des individus ont trouvé un créneau et ces individus vont vous dire que ce qui compte c’est la finalité et cette finalité est de se faire de l’argent. On peut également dire que ces pratiques émanent des violences du capitalisme post moderne. Cette loi de l’argent qui peut permettre de tout faire. Et au nom de l’argent des êtres humains peuvent devenir des corps toilettes, des corps WC »

Il poursuit en disant : « il y’a également de l’humanité des individus, que ce soit celle qui transforme son corps en WC, que ce soit celui qui rend l’autre bidet. Aujourd’hui on est dans un monde qui est traversé par le principe de la transparence et ça touche tous les domaines. Tout ce qui est secret peut être dévoilé, même la vie intime est traquée aujourd’hui par la transparence »

Lisez aussi : La notion “d’influenceur(se)” au Cameroun : la toile se prononce !

Il ajoute : « qu’il était temps que ces personnages écrans qui donnent plein la vue au quotidien en brandissant des images de luxe et n’ayant aucune activité connue soit dévoilés. Il fallait qu’à un moment donné cette affaire sorte pour que les jeunes soient protégés »

Même ci aujourd’hui le voile a été levé sur beaucoup de choses, la jeunesse est toujours aussi exposée. Ce sont des proies faciles qui doivent être suivies de prêt pour ne pas trébucher et se retrouver dans ce type de scandale.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button