EntertainmentPiping HotSocial Media
Trending

Un prêtre viole une jeune fille de 14 ans

L'abbé Jean Armel Bissi crache son venin sur l'archevêque de Bertoua.

L’abbé Jean affirme que Mgr Atanga ne croit pas à son prêtre autant qu’il ne croit pas à la justice de son pays. Telle est le sentiment que j’ai eu en lisant ça sanction sur l’abbé Émilien Messina: un jeune prêtre qu’on accuse d’avoir violé une fille de 14 ans à Bertoua (Cameroun), et de lui avoir transmis le VIH SIDA. Mgr Atanga viens de le suspendre de toute fonction sacerdotale, en fondant sa décision sur des prétentions non encore confirmé par le juge camerounais.

Si Mgr Atanga croyais à son prêtre, il aurait pu attendre que l’enquête en cours devant la justice aboutisse, avant de le sanctionner. En effet, on peut accuser un prêtre des faits qu’il n’a pas commis. Or Mgr semble avoir cédé à la pression de la foule. Comme Ponce Pilate, il s’est lavé les mains.

De même, si mon seigneur croyait en la justice de son pays, il aurait aussi attendu que le juge se prononce avant de donner la suite canonique y afférente. Or en l’état actuel des choses, sa décision motive plutôt celle que devra rendre le juge étatique sur une affaire que son prêtre peut n’avoir pas commise, puisque sa culpabilité n’est pas encore établie.

Des sources concordantes attestent d’ailleurs que l’abbé Emilien Messina n’est pas séropositif, du fait d’un test de VIH qu’il a passé après les accusations portées contre lui et dont le résultat c’est que sur les réseaux sociaux. Des bouches moins autorisées révèlent aussi que la plaignante n’a pas 14 ans. En ce moment précis, rien ne devrait donc encore fonder la décision canonique que vient de signer monseigneur Atanga.

Comme prêtre et citoyen, la note de mon seigneur Atanga me révolte. On ne demande pas de couvrir le péché. Mais, toute personne a droit à un procès équitable. La décision de monseigneur Atanga expose son prêtre à défaut de le vendre à un monde dans lequel la figure du prêtre est à bannir. Qu’est-ce qui ne se fait pas entendre aujourd’hui à l’endroit des prélates catholiques relativement aux questions de sexualité ?

Tout un évêque a été labouré au Cameroun ces derniers mois par un activiste qui l’accuse d’avoir une femme et quatre enfants en Hollande. Mais, cela n’a jamais suffi pour que le Saint siège retire cet évêque de son siège épiscopal. Aucune preuve n’étant établie, le Saint Père ne s’est jamais prononcé sur ces faits calomnieux. Pour mon seigneur Atanga, ne doit-il pas faire pareil, tant que les preuves incriminant l’ abbé ne sont pas établies ?

Il nous faut tous dénoncer toutes les formes d’injustice qui contrarient l’évangile de notre seigneur Jésus-Christ, tant au seigneur de l’église qu’en dehors. Aucun serviteur de Dieu ne doit être livré en pâture à des mensonges ou encore à des artifices criardes. En effet, tant que le juge camerounais ne s’est pas prononcé sur l’abbé Émilien, toutes les accusations porter contre lui sont fausses.

Abbé Jean Armel Bissi est prête, enseignant de philosophie, diplômé de la 59 ème promotion de l’école normale supérieure de Yaoundé, licencié en droit public et en droit privé, master en philosophie ( éthique et philosophie politique).

Related Articles

Back to top button
 - 
Arabic
 - 
ar
English
 - 
en
French
 - 
fr
German
 - 
de
Hindi
 - 
hi
Portuguese
 - 
pt
Russian
 - 
ru
Spanish
 - 
es